Menu

« Le succès n'est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez. » Albert Schweitzer

Philosophie

Introduction, bienvenue dans mon monde !
Une autre façon de voir les choses

Nous vivons dans un monde merveilleux, mais aussi très difficile et complexe souvent agressif. Pour réussir il faut se donner les moyens, s'investir et Y CROIRE. Un ami m'a donné une chose précieuse que je vais vous donner à mon tour: Levez-vous chaque jour en vous posant deux questions:
- Comment je peux faire aujourd'hui pour me rapprocher de mon objectif ?
- Comment être meilleur aujourd'hui qu'hier ? (à prendre au sens large.)

Chaque jour entreprenez une action pour atteindre votre but, même la plus petite des actions vous rapprochera de votre objectif, il n'y a pas de petites actions mais seulement des actions. (Une, plus une autre, plus une autre... Réussite, suite ?)

Je vais essayer de vous faire comprendre comment je vois le monde à travers ma réflexion, vous faire comprendre comment j'évolue dans mon monde avec ma discipline. Tout est une question de schémas, ce que j'applique pour ma pratique, je l'applique dans ma vie de tous les jours. Biensûr, ce n'est pas une valeur universelle mais peut-être que vous y retrouverez une partie de vous. J'ai choisi pour cela de m'exprimer par des explications aux questions et sujets récurrents de mes interlocuteurs, toutes origines confondues, le tout ponctué par des exemples vidéographiques.

La liberté
Pourquoi tu fais du Parkour/Freerun, qu'est-ce que ça t'apporte ?

jonathan dumont tour eiffel

« Tu vas apprendre à marcher pour faire tes courses et aller au cinéma, et ça s'arrête là ! » NON !


J'aime bouger, j'aime les gens, apprendre de moi-même et comprendre le monde qui m'entour. Je recherche la liberté. Nous vivons dans un monde de contraintes. On nous dit « Vous êtes libre » mais on nous trace des chemins pavés d'interdit et de code qui correspondent peut-être à la majorité mais pas à l'unanimité. On peut parler de contraintes mentales par conditionnement qui fait qu'aujourd'hui « une fille aime le rose et les poupées, un homme les voitures », mais aussi de contraintes physiques dont la ville est remplie. Une barrière, un mur, un chemin...
Avec le Parkour, j'apprends à mon corps à se mouvoir dans un espace particulier souvent différent, je le mets dans des postures que nous devrions avoir acquis naturellement. Je respecte la Loi, je la contourne à hauteur du raisonnable pour essayer de toucher la vraie liberté. Une barrière, un mur, un trottoir un banc devient prétexte de jeux et d'apprentissages, je surf sur le mobilier urbain prédestiné à tracer une trajectoire ou à en imposer une contrainte. Je me sers de cette barrière pour évoluer. C'est merveilleux, tout à coup toutes les contraintes de la ville disparaissent pour laisser place à un terrain de jeux immensément grand et magnifique ! J'ai simplement poussé l'apprentissage du mouvement plus loin que les autres personnes, et finalement cette façon de se mouvoir est très naturelle avec le temps un réflexe, un mode de vie, une philosophie... Je ne pense pas qu'un chat ait peur sur son petit rebord de fenêtre. Pourquoi ? bouger est naturelle, notre société nous facilite la vie, nous avons perdu cette habitude d'exploiter notre corps. Pourtant l'histoire fait que nous devons chasser pour manger, mon smartphone va pas m'aider pour ça si demain les supermarchés ferment.

Je partage aussi ce sentiment et cette recherche de liberté à travers mes vidéos:

Le Danger
« C'est dangereux ! » - Ouais, mais c'est relatif.

jonathan dumont allongé sur le toit

« Sur un toit il y a MOI, et mon environnement, c'est tout. »

→ Le danger est relatif. Tout est une question de point de vue. Une personne qui est au pied d'un bâtiment me voyant sur un rebord de ce bâtiment peut avoir peur. Elle peut dire « attention tu es en danger ! » Et c'est normal.
Pourquoi ? Parce qu'à ma place sur ce rebord, perché en hauteur cette personne serait effectivement en danger car elle ne dispose pas de mes capacités, de mon entraînement, de mon assurance envers mon corps obtenue avec mes années d'expérience. Je répète que le danger est relatif, sur ce rebord je ne me considère pas en danger. Ce qui est dangereux pour une personne ne l'est pas forcément pour une autre. Ce que vous considérez comme dangereux l'est pour vous, avec votre point de vue mais ne l'est pas forcément pour une autre personne. Encore une fois tout est relatif.
→ Paradoxalement, je me sens bien plus en sécurité sur un toit qu'au sol. Explications; Connaissant mes capacités, connaissant mon environnement il est facile de faire une comparaison entre ces deux cas de figure: D'un côté, on pourrait penser qu'au sol, sur le trottoir au milieu des passants là oú tout le monde se sent bien, c'est à cet endroit que l'on est plus en sécurité, bien plus que sur un toit avec la présence du vide, danger potentiel de mort. POUR MOI, c'est faux.Nous retrouvons des facteurs différents dont j'expose le bilant:
→ On retrouve, Moi, mon environnement mais aussi des facteurs imprévisibles et potentiellement dangereux comme les passants qui peuvent interagir peu ou fortement avec moi, les voitures qui peuvent en faire tout autant, le bruit, la pression des regards... Je ne suis pas complètement maître de la situation donc, vous en conviendrez autant que moi «Nan mais je rêve il me rentre dedans sans s'excuser».
→ Sur un toit il y a MOI, et mon environnement, c'est tout. Il n'y a pas de passant pouvant crier par peur « Descend, attention !! Mais il est fou !», par peur de ce que je fais pendant que j'exécute un mouvement.Il n'y a pas de bruit ou beaucoup moins, je peux être donc complètement concentré sur ce que je fais sans me préoccuper inconsciemment des autres sources de danger, normal il n'y en a pas... Il n'y a pas de voiture pouvant me percuter pendant un mouvement, ou klaxonner au même moment... Conclusion: Au sol, un stress fort qui rentre en conflit avec moi et mon entrainement donc ma sécurité. Sur un toit, une sérénité car il n'y a que moi et mon environnement, si je tombe c'est ma faute c'est parce que j'ai des lacunes d'oú l'intérêt de tout mon entrainement en amont qui fait que je suis sûr de moi sur l'exécution de chaque mouvement, aucun événement parasite n'interfère avec moi, je suis sûr de mon corps rien ne peut interagir à part moi-même, je suis en sécurité.
ATTENTION, l'accès aux toits peut être dangereux sans un travail rigoureux, il s'agit bien d'un aboutissement d'années d'expérience et non pas un commencement, un désir personnel.

La peur
« Tu n'as pas peur ? » Si

jonathan dumont suspendu

« Je ne me laisse pas mener par la peur, je l'écoute, elle me conseille mais elle ne décide pas à ma place »


→ La peur est quelque chose de complexe,elle est certes très utile mais peut être très dangereuse. Dans ma discipline et ma façon de la pratiquer, il est très important de contrôler sa peur en disciplinant son corps. La peur peut faire exécuter à notre corps des mouvements parasites qui peuvent en modifier la terminaison. Il est donc très important de discipliner son corps et ainsi rester sur les mouvements et la terminaison prévue.
Pourquoi devrais-je avoir peur si je suis sûr de mon corps et de l'environnement oú il se situe ? Je ne me laisse pas mener par la peur, je l'écoute, elle me conseille mais elle ne décide pas à ma place. Le résultat de ma pratique et de ces heures d'entraînement font que les mouvements répétés des centaines de fois au sol sont exécutés identiquement dans les zones de « danger » comme une configuration particulière telle un toit. Si j'ai répété des centaines de fois une acrobatie au sol dans plusieurs configurations différentes, maintenant que mon corps se situe dans un espace différent comme sur un toit avec présence du vide je me dois d'appliquer l'entraînement que j'ai eu précédemment pour être en sécurité. Bien sûr la peur est importante elle nous prévient qu'il y a un danger qu'il faut y prêter attention, c'est bien qu'elle soit là. Maintenant que je sais oú se situe le danger je peux y faire face le contourner l'éviter et le rapprocher du risque zéro. C'est alors que j'ai tout intérêt à avoir discipliné mon corps.Je sais de part mon expérience oú sont mes limites je connais mon corps je connais l'espace oú il se situe.
Conclusion: Si j'écoute la peur sur une acrobatie avec le vide par exemple, je risque de ne pas la finir et de me mettre en danger. Pourtant je sais que ce que j'entreprends est à ma portée, je ne dois donc pas laisser la peur intervenir pendant le mouvement, c'est comme ça que je suis sûr de moi, que je suis en sécurité, c'est comme ça que tout se passe bien et que je continue à progresser.

Je partage aussi ce sentiment et cette recherche de liberté à travers mes vidéos:

Se faire comprendre - Comment me faire comprendre ?

jonathan dumont reflet

La Communication


Ma façon de voir les choses et mon mode de vie peuvent parfois être mal compris. Je me pose souvent ces questions; comment me faire comprendre ? Comment expliquer les choses pour que tout se passe au mieux pour tout le monde ? Mais surtout; Comment ne pas être mal compris ? Comment faire passer un message de sécurité par exemple ? Comment expliquer aux jeunes et aux plus âgés que mes vidéos sont réalisées par un professionnel ?
Par une personne qui pratique depuis très longtemps des années, qui en a fait sa vie.
Je pense avoir trouvé une réponse à ces questions, c'est pour cela que nous créons des écoles, que nous enseignons aux plus jeunes, expliquer et offrir une nouvelle voie à notre pratique. C'est aussi pour cela que nous nous efforçons de nous médiatiser par des plateaux télés ou des apparitions sur plusieurs reportages.
Cela passe en partie par la médiatisation. Par chance nous travaillons souvent avec des youtubeurs connus comme pour les vidéos d'assassin's creed avec Ubisoft.
De plus en plus sur les vidéos nous voyons des messages d'avertissement, avec l'éfficacité qu'on y accorde.


Tu évolues seul ? - Oui et non

Le Parkour/Freerun est un accomplissement de soi avant tout, je dois être capable de me débrouiller seul dans toutes les circonstances.
J'évolue donc seul dans mon entraînement mais pas pour la pratique de manière professionnelle. Nous vivons dans un monde oú seul nous ne pouvons rien faire, alors entourez-vous de personnes qui vous aident à avancer, des personnes positives qui vous apportent des choses positives.
Je suis de ceux qui ont eu cette chance de rencontrer les bonnes personnes, à plusieurs on avance plus vite et mieux.
Merci à eux.

Un court reportage de France 3 sur ma pratique du freerunning et l'impacte des réseaux

Art et expression
L'expression par le corps

jonathan dumont dark shoot


Une des idées principales de notre pratique est la liberté. Au sens large, il n'y a aucune limite nous pouvons pratiquer comme nous le souhaitons, ceux qui veulent faire de la performance « pure et dure » le peuvent (gros sauts, difficultés élévés), ceux qui veulent être dans la finesse aussi ou bien encore ceux qui veulent s'exprimer par le corps de maniére plus artistique et réfléchie avec une dramaturgie. Je ne me ferme aucune porte et aucune voie, je ne me refuse rien et j'explore tout ce qui est explorable, je tente de visiter tous les axes possibles. Avec les rencontres et les projets auxquels j'ai eu la chance de participer j'ai affiné mon savoir-faire pour pouvoir exprimer mes sentiments à travers mes vidéos et mes mouvements. C'est en compagnie de certains membres du CNAC (Centre National des Arts du Cirque) que cette compréhension a été possible. A travers le mouvement il y a une dramaturgie, une explication et une envie. Grâce à mes expériences j'ai appris à m'exprimer par le mouvement. C'est grâce à ce genre de rencontre que j'évolu, c'est comme ça que ma pratique évolue.

Je vous laisse regarder la vidéo ci-dessous, elle refléte un sentiment exprimé à travers le mouvement et la vidéo;

L'histoire du parkour et du Freerunning

jonathan dumont positif

Le Parkour en tant que tel n'existe que depuis les années 1990, il est née en banlieue Parisienne. Il s'agit tout d'abord d'une innovante méthode d'entrainement de Georges Hébert (1875 - 1957): "la méthode naturelle." adaptée de manière militaire pour ensuite devenir le Parkour que nous conaissons. Il reste peu connu du grand public et des institutions sportives traditionnelles. Dès 2004, le parkour devient un phénomènenome Internet mondial sur youtube gràce au fort impact visuel de la discipline. De nombreuses associations voient le jour et le parkour s'institutionnalise dans le monde. Il gagne les gymnases et une variante plus acrobatique fait son apparition: le Free-running. En 2014, le Parkour fait toujours plus d'adeptes, en particulier chez les jeunes.

Les deux disciplines étant dites « libres », il y a autant de façons de pratiquer que de pratiquent bien qu'il y est quand même une tendance commune à tous sur certains mouvements.

LE PARKOUR

Le Parkour est une activité physique qui vise un déplacement libre d'un point A à un point B, efficace dans tous types d'environnements, en particulier hors des voies de passage préétablies. Ainsi les éléments du milieu urbain ou rural se transforment en obstacles franchis gràce à la course, au saut, à l'escalade, au déplacement.

LE FREERUNNING

Le Freerunning est le frère du Parkour il englobe toutes les caractéristiques du Parkour à l'exception de la recherche primordiale de rapidité et la remplace par une recherche de l'esthétisme, Il laisse place à l'imagination pour inventer des mouvements fluides, beaux, acrobatiques. Laisser place à l'expression du corps selon le moment, la configuration du lieux et ses envies.

Contact

Envoyez-moi un message

Vous voulez réserver des cours ? Vous avez un projet ? Une demande particulière ? Besoin d'un devis ? N'hesitez pas à me contacter si vous avez des questions !

Formulaire de contact
Le message part...
Message envoyé !, Merci !
Comment me contacter ?
Par Email

Contact@jonathandumont.com
website@jonathandumont.com

Par téléphone

Tel: (+33) 6 19 58 46 52